Dehors l’EPS !

Le SNEP-FSU académique a été reçu en urgence ce mardi 19 janvier au rectorat par la directrice de cabinet du Recteur, le Secrétaire Général et 3 IA-IPR-EPS.
Après avoir pu exposer nos doutes, notre incompréhension et notre colère suite aux annonces de jeudi dernier interdisant toutes pratiques physiques en espace couvert, nous avons pu également dénoncer les incohérences des décisions prises à l’encontre de notre profession.

La directrice de cabinet semble comprendre notre incompréhension, notre colère et le sentiment de mépris que nous pouvons ressentir de la part du ministère. Elle nous a confirmé qu’aucun indice permettait d’incriminer la pratique de l’EPS comme facteur de contagiosité et explique les nouvelles mesures sanitaires comme une forme d’anticipation des autorités scientifiques suite à une reprise de l’épidémie, reprise qui se constate  y compris dans notre académie.
Au nom du Recteur, elle rappelle également qu’elle ne peut faire autrement que d’appliquer les décisions prises au niveau national et nous fait remarquer que toute la société a été confronté à de nombreuses formes d’incohérences.

Nous savions bien évidemment que nos demandes de réouverture des espaces couverts et le passage en demi-groupe pour toutes les classes du second degré n’allaient pas être actées aujourd’hui. Toutefois, il faut reconnaître que les échanges ont été cordiaux et que nos propos ont été écoutés.

La suite des échanges s’est plutôt faite avec le corps d’inspection qui se félicite que les élèves puissent continuer à avoir une activité physique malgré le contexte.

Les IA-IPR EPS précisent que leur premier souci est la protection des élèves et des personnels, et qu’à ce titre ils demandent que les protocoles préconisés par le conseil scientifique soient strictement respectés. Ils affirment également leur volonté d’accompagner si nécessaire les équipes et enseignants d’EPS qui seraient en difficulté. Interrogés sur les examens et sur les évaluations, les IA-IPR EPS, après avoir interpelé l’Inspection Générale, attendent les textes officiels. Il semble qu’il ne soit plus questions de protocoles pour cette année, mais que l’on s’oriente vers un contrôle continu, puisqu’ils voudraient que les enseignants attribuent un maximum de notes aux élèves.
Par ailleurs, nous les avons questionnés sur les Rendez-Vous de Carrière ne sachant si ceux-ci seraient maintenus ou reportés. Nous apprenons donc que ces rendez-vous seront maintenus avec accord de l’enseignant si celui-ci a été contraint de modifier son cycle.
Pour nos collègues stagiaires, les visites conseils seront aussi maintenues, puisqu’il ne s’agit que de visites formatives et qu’un report de celles-ci perturberait la temporalité des autres visites que les professeurs stagiaires doivent avoir notamment avec leurs formateurs de l’INSPE.
Enfin, pour nos collègues non-titulaires, les visites se poursuivront pour celles et ceux qui pourraient bénéficier d’une amélioration de leur échelle de rémunération. Toutefois, ces inspections se feraient uniquement après les vacances d’hiver.
Pour finir, nous avons demandé aux services du rectorat de se mettre en relation avec les collectivités afin de permettre une utilisation plus facile des installations sportives extérieures. L’EPS dans un parc, ce n’est pas la même EPS que sur un terrain adapté ou sur une piste d’athlétisme. N’hésitez pas dès lors à nous contacter et à nous faire remonter tout problème que vous rencontreriez

Parce que nous avons été reçus très rapidement et avons obtenu une réelle écoute, et même si celle-ci ne débouchera pas dans l’immédiat sur la satisfaction de nos revendications, nous abandonnons l’idée d’un rassemblement ce mercredi 20 janvier devant le rectorat et souhaitons que toutes les forces militantes se concentrent désormais sur les journées du 26 janvier et 4 février. Il est plus que nécessaire de dénoncer la politique éducative de ce gouvernement destructrice d’emploi et de moins en moins équitable sur tout le territoire pour nos élèves.

%d blogueurs aiment cette page :