L’école n’est pas une entreprise

Un livre de Christian LAVAL
Le néo-libéralisme à l’assaut de l’enseignement public
Édition La découverte, 2003
ISBN 2707136239, 9782707136237

L’école est soumise à des pressions considérables pour qu’elle se conforme aux nouveaux commandements du néo-libéralisme auxquels toute institution doit se soumettre. Le système éducatif n’y échappe pas : dans ce nouveau modèle, il est menacé de se réduire à la formation du « capital humain » nécessaire aux entreprises.

En s’appuyant sur une enquête approfondie, Christian Laval montre comment les « recommandations » des experts de l’OCDE, de la Banque mondiale, de l’OMC et de l’Union européenne ont été appliquées par les différents gouvernements français depuis les années 1980. Elles se sont traduites par une réorganisation managériale des établissements scolaires, mis en concurrence entre eux pour assurer la liberté de choix des « consommateurs d’école », par une « professionnalisation » toujours plus poussée des études, par une décentralisation qui n’a rien à voir avec la démocratie promise.

Les enseignants sont sommés de participer activement à cette métamorphose de l’école publique, qui ouvre la voie à une marchandisation générale des savoirs et des apprentissages et à un renforcement des inégalités. Mais la réalisation intégrale de l’école néo-libérale n’a rien de fatal. Résistances sourdes, luttes collectives, prise de conscience des dangers de cette mutation imposée par la globalisation du capitalisme : les acteurs de l’école doivent désormais affronter un débat crucial qui engage aussi le modèle de civilisation que nous voulons.


L’auteur

Christian Laval est professeur de sociologie à l’université Paris-Ouest Nanterre-La Défense et a publié L’Homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme (Gallimard, « NRF essais », 2007). Depuis 2004, il anime avec Pierre Dardot, le groupe d’études et de recherche « Question Marx » qui entend contribuer au renouvellement de la pensée critique.

%d blogueurs aiment cette page :