Le paritarisme à la sauce Macron ou quand tout est décidé avant…

Jeudi 31 janvier se tenait la première CAPA concernant la révision des avis terminaux (donné par Madame la Rectrice) suite au rendez-vous de carrière du PPCR. Cinq Collègues avaient décidé de contester cet avis jusqu’à la CAPA . Tous sont au 3ème Rendez-vous de carrière.

Pour tous ces collègues (1 femme et 4 hommes) la demande de révision est plus que justifiée car l’avis final était un voir deux niveaux inférieurs aux items évalués.

Le rectorat de Toulouse a refusé de répondre à nos demandes : (suite…)

CAPA hors classe prof EPS 2018

Ce vendredi, les 6 représentants du SNEP-FSU n’arrivaient pas les mains dans les « poches » mais, forts de notre expérience et de notre étude très précise des documents de promotion, avec de nombreuses propositions d’améliorations.

Le secrétaire général, après écoute attentive de notre déclaration préalable, a su quelque peu nous rassurer sur plusieurs problématiques qui sont posées par le barème de cette nouvelle hors classe (dans le cadre du PPCR que le SNEP FSU a approuvé tout en sachant que les limites devront être combattues sans relâche). (suite…)

Accès à la classe exceptionnelle des profs EPS 2018

Sur la classe exceptionnelle, le vivier 1 s’épuise, car avec 20 promu-e-s supplémentaires, il ne reste plus que 12 collègues à promouvoir pour 2019 (reste à espérer que de nouveau collègues pourront intégrer ce vivier 1: les enseignants en établissements sensibles (8 ans) et les collègues du supérieur ainsi que quelques missionnés-es (unss, cpd, …)

Sur le vivier 2, 7 avis excellent sont « donnés » à 8 collègues sur plus de 180 promouvables : 4 femmes et 3 hommes. Il n’y a que 8 promotions. Ce sont donc bien les IPR qui choisissent qui doit être promu-e-s.

Si le classement proposé est discutable, il faut bien comprendre que c’est l’insuffisance de promotions qui n’est pas acceptable. D’ailleurs, les IPR, représentée par Mme Fil, reconnaissent que les obligations de promouvoir au moins autant de femmes que d’hommes ainsi que des collègues en fin de carrière sont autant d’obstacle à la promotion « au mérite ». (suite…)